Le tombeau d’un homme discret

J’espérais trouver une photo de Jean Vaudal, car le seul portrait que je connais de lui est ce dessin paru dans Les lettres françaises après sa mort. Je voulais connaître ses actions de résistance, qui ont conduit à son arrestation le 6 juillet 1944. J’ai donc cherché dans les archives de la police. Mais, sur le discret Jean Vaudal, les Renseignements généraux en savaient encore moins que moi. Les dossiers ne contiennent presque rien.

Je croyais qu’Hippolyte Pinaud (c’est le nom d’état civil de Jean Vaudal) avait été arrêté par la police française : j’aurais eu accès, alors, à des archives plus conséquentes (les comptes-rendus de filature, le procès-verbal des interrogatoires, une photo de l’identité judiciaire). Mais il a été arrêté par la police allemande, et il n’y a pas grand-chose sur son compte à la Préfecture de police.

Archives du Cabinet du préfet de police, dossier d’Hippolyte Pinaud (cote 1 W 1230-62954)
Continuer la lecture

Liste : livres lus en janvier 2021

Tom Spanbauer. Dans la ville des chasseurs solitaires.
Anouk Ricard. Planplan culcul.
Olivier Texier. Bite Fighter.
Ferdinando Camon. Apothéose.
Ocean Vuong. Un bref instant de splendeur.
Benjamin Adam et Thomas Cadène. Soon.
Marguerite Yourcenar. Les songes et les sorts.
Oscar Coop-Phane. Morceaux cassés d’une chose.
Hubert et Zanzim. Peau d’homme.
Charles-Louis Philippe. Le père Perdrix (préface de Jean Vaudal).

Liste : livres lus en décembre 2020

Mathieu Riboulet. Le regard de la source.
Patrick Autréaux. Les irréguliers.
Florentine Rey. Le bûcher sera doux.
Charlotte Monégier. Le petit peuple des nuages.
Alain Blottière. Azur noir.
Isabelle Flaten. Les deux mariages de Lenka.
Jean Vaudal. Un démon secret (relu).
Daniel Mendelsohn. Une odyssée.
Anne Savelli. Fenêtres, Open space.

Le Marsupilami ne répond plus

Je ne sais plus qui a eu l’idée de ce mot, de L. ou de moi. Il habite sur la Rive gauche, c’est loin de chez moi, au-delà du kilomètre légal. Impossible de se croiser à l’occasion d’une promenade fortuite. Pourtant, on a besoin de vie sociale — et on ne fait courir de danger à personne en se rencontrant masqués, dans un lieu public. Pas vrai ? Alors, voilà en quoi consiste l’opération Marsupilami : truander (un peu) ces règles débiles, juste pour bavarder avec un ami. On se donne rendez-vous à mi-chemin, pour accomplir des achats de première nécessité dans des magasins qui n’existent pas dans nos quartiers. J’ai besoin de quincaillerie ; lui, d’un chargeur de téléphone ; on s’est arrangés pour tomber l’un sur l’autre au rayon bricolage, fortuitement, et tailler une bavette entre les chevilles Molly et les boulons chromés.

Continuer la lecture

Contre l’oubli

C’était en décembre, je découvrais Les Murs de Fresnes, ce livre extraordinaire d’Henri Calet dans lequel, à la Libération, il reportait les inscriptions laissées par les prisonniers sur les murs de leur cellule à la prison de Fresnes. C’est méticuleux et plein d’empathie, parce que c’est Henri Calet, et c’est un récit terrifiant ; et c’est une entreprise tellement belle, parce qu’elle cherche à combattre l’oubli — il y a un autre livre de Calet que je n’ai pas lu, et qui s’intitule Contre l’oubli. Je prends tout de même ce titre à mon compte.

Continuer la lecture