Les places changent de nom, les gens changent de place

Je traverse la place Voltaire plusieurs fois par jour, en particulier pour aller de chez moi à chez moi (c’est-à-dire, du lieu où j’écris ces lignes au lieu où je fais tout le reste). Mais, en réalité, elle ne s’appelle pas « place Voltaire » : c’est « place Léon-Blum » qu’il faut dire, et il y a une statue …

Les abonnés au téléphone

À une époque (par exemple en 1929), lorsqu’on demandait à l’opératrice du téléphone à parler à Élysée 03-44, on tombait sur Picasso. Ça m’amuse de penser qu’à cette époque (1929, c’est la date de cet Annuaire officiel des abonnés au téléphone de la région de Paris), on pouvait être très célèbre et figurer dans l’annuaire, …

À travers

Lorsque je suis assis à ma table, souvent, je regarde dehors, c’est-à-dire que je regarde à travers l’ouverture de ma fenêtre. Comme je suis au septième et dernier étage, ma fenêtre est découpée dans la pente du toit. Dans la mansarde. Et, puisque qu’en face de mon immeuble il y en a un autre, symétrique, …

Où il est question de pavés de bois

D’abord, il y a Georges Perec. On m’a fait lire W quand j’avais quinze ans, puis j’ai lu d’autres livres, comme un grand, et je les relis ; ensuite il y a la rue Vilin, qui n’existe plus et que j’ai parcourue dans tous les sens (par les plans, par les textes) quand j’avais, disons, …

Les tortues

L’homme du haut vivait en haut. C’était plein de courants d’air mais ça lui était égal. C’était le sixième ou septième étage ; en tout cas, c’était le dernier, et au-dessus il n’y avait même pas de combles ni de grenier, rien. « Une araignée au plafond », disait-il, mais rien d’autre. Ces vieux immeubles, ça bougeait un …

Comme Idéfix pleurant la mort de chaque arbre abattu

Je suis passé cent fois devant sans l’apercevoir ; un jour, on a monté des palissades autour de lui, qui ont attiré mon regard ; son allure massive détonne dans le paysage, son austérité géométrique, quasi soviétique ; j’ai pensé à Varsovie ; dans d’autres circonstances, je l’aurais trouvé laid ; puis, derrière les palissades, …

Le printemps est parmi nous (à peu de choses près)

… Alors je butine. Chez ce fleuriste-là par exemple, rue Michel-Ange : Et à ceux qui me diront : “Nan, c’est pas possib’ que tu butines, passque t’es pas une abeille”, je leur réponds : “Je suis comme vous, Michel Drucker, j’organise bien tout ce qui est alimentation, brocolis et tout ça.” (Et toc, ça, …

Coquillages et crustacés

Entendu dimanche 20 janvier, poissonnerie, boulevard Saint-Germain. Et la deuxième phrase du jour serait : «Mais non, Miles, on ne peut pas repartir à zéro. Tu seras toujours gentil et vulnérable, et moi je serai toujours égocentrique et superficielle…»