Dimanche 26 juin 2005

Aujourd’hui, j’ai terminé B (« Bestiole ») et j’ai fait O (« Ourler », que je me suis permis de transformer en « Ourlet »). Ce matin, j’ai eu plein d’idées : des nouveaux scénarios, mais aussi de nouvelles versions de ceux que j’ai déjà écrits. J’ai refait « Désobéissance » et « Yen ».

Un petit rêve avec B*. J’allais à Saint-Germain avec S*. J’avais peur de rencontrer B* sur le trajet. On arrive en haut d’une colline. Il est là. Entretemps, une ou deux autres personnes s’étaient mêlées à nous. S* et ces personnes s’arrêtent pour discuter avec B*. Moi, je ne supporte pas de le voir. Ça me fait trop de mal. Je m’éclipse discrètement. Et je tombe sur Florian ! Je pars avec lui et je lui raconte mon problème.

Deux explications. La première, pour comprendre le rêve : quand j’étais à la terrasse du Soubise avec B*, jeudi, qui a débarqué ? Florian. Il vient vers nous. Il me fait la bise (!) et il serre la main de B*. Il s’assoit. J’aurais été ravi de le voir à n’importe quel moment, mais là, clairement, il était indésirable. Je lui ai dit qu’il dérangeait. Il a compris (il se rappelait, je suppose, qui est B* pour moi…) et il est parti. J’ai vu que B* n’était pas à l’aise. Vu le sujet de notre conversation, ça faisait beaucoup de pédés d’un coup !

Continuer la lecture

Samedi 25 juin 2005

Ce matin j’ai fini de dessiner « C ».

Suis allé à Saint-Germain. Ils n’avaient toujours pas le Journal 2 et 3 de Neaud.

J’écris et je découpe mon projet de BD sur B*. Je crois que c’est une bonne chose à faire : pendant la durée de ce projet, j’aurai vraiment le nez dedans, ça m’obsédera, mais aussitôt que ce sera fini j’en serai débarrassé. Je l’espère. Ça m’a fait ça avec Depuis que je sais, etc. Ça m’a obsédé. Depuis que j’ai terminé cette BD, je crois que ces obsessions sont dépassées.

Juline est à la Gay Pride avec ses copains-copines. J’étais surpris qu’elle ait envie d’y aller. Elle voit le côté festif, mais je ne sais pas si elle voit le côté militant.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no5 (intitulé B*, 8 juin – 1er août 2005), j’ai dix-sept ans.

Vendredi 24 juin 2005

Je n’ai pas envie d’écrire ce qui s’est passé hier. Je résume donc.

Moi. — La dernière fois, c’est moi qui avais quelque chose à te dire. Toi, tu ne m’as rien dit. J’aurais voulu que tu me dises une chose que tu n’as pas pris la peine de me dire, tellement ça te semblait évident. Je voudrais que tu le dises quand même, c’est important pour moi.
Lui. — Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?
Moi. — Que je n’ai rien à espérer.
Lui. — Alors voilà : tu n’as rien à espérer. C’est tout ?
Moi. — C’est tout.

Continuer la lecture

Jeudi 23 juin 2005

13h47. Je tourne en rond. Je me prépare physiquement et mentalement. Je me suis changé. J’ai passé pas mal de temps dans la salle de bains, pire qu’une fille !

Après le déjeuner avec S*, on s’est séparés en se souhaitant mutuellement bonne chance : nous avons chacun notre rendez-vous.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no5 (intitulé B*, 8 juin – 1er août 2005), j’ai dix-sept ans.

Mercredi 22 juin 2005

Hier, c’était la Fête de la musique. Juline est allée à Paris avec sa bande. Maman et moi sommes allés à Saint-Germain, comme on l’a déjà fait quelquefois. On a mangé à la pizzeria, puis on a traîné dans les rues. On s’est attardés devant plusieurs groupes.

J’ai croisé pas mal de têtes connues : des gens du lycée. Adeline avec son copain (qui s’appelle Kevin). Elle nous as présentés. Moi, je le connaissais déjà, tellement elle m’a parlé de lui ! et je l’avais aperçu une fois. Et j’ai aperçu mon beau blond ! C’est dingue. Je sais qu’il est un peu musicien ; une fois, au lycée, il a joué de la guitare. Je me disais : tiens, peut-être le verrai-je… et je l’ai vu. Je lui ai décoché mon plus beau sourire. À part lui, il y avait une foule de beaux gars, partout. Plein de jeunes mecs, tous vachement bien foutus. Je ne savais plus où regarder, j’ai dû en louper plein.

Continuer la lecture

Mardi 21 juin 2005

Je me suis collé devant l’ordinateur. J’ai imprimé le Riri le Clown de vendredi : je le mets page suivante. J’ai tapé les scénarios de G (« Gratis ») et de T (« Tatouer ») et fait une quatrième version de A (« Arcade ») qui me posait problème. Et je me suis promené sur Internet. Je suis retourné sur le forum Doctissimo sur l’homosexualité, où je n’avais plus mis les pieds depuis des mois. Je me suis attardé sur un sujet en particulier, où le mec racontait que son meilleur ami essayait, non sans mal, de lui faire son coming out… et avait l’air amoureux de lui. Or, le mec disait qu’il se sentait attiré par son ami, lui aussi… Ce mec écrivait bien, je me suis laissé prendre par son histoire et par les conseils des autres. Ces deux garçons qui se cherchent l’un l’autre et qui, pourtant, sont visiblement amoureux : quelle belle histoire ! Je suis sentimental et je ne peux pas m’empêcher de rêver à B*.

Plus le temps passe, plus mon espoir grandit. J’ai l’impression désormais que quelque chose est possible, même si, rationnellement, tout me prouve que non. Il faut que je le revoie et, cette fois-ci, que je lui rentre dedans franchement. Que je le secoue. Que je lui pose les bonnes questions. Sinon, je ne m’en sortirai jamais. Je suis affreusement timide, mais il est pire.

Continuer la lecture

Lundi 20 juin 2005

11 heures : retrouve S*. On passe une heure dehors malgré la chaleur. Lui ai parlé de B*. À midi, on a été manger.

Après-midi : ai été au cinoche (Chatou) voir Les poupées russes. Y ai été en RER. Ai retrouvé sur place S*, Solène et Marion (une copine de S* que j’avais déjà vue deux fois).


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no5 (intitulé B*, 8 juin – 1er août 2005), j’ai dix-sept ans.

Dimanche 19 juin 2005

Ce matin, brocante de Marly. J’ai acheté des merveilles : Clopinettes de Gotlib et Mandryka, Rubrique-à-brac Gallery, un Reiser, un Lauzier, trois Petit Nicolas, Persepolis tome 1, une vingtaine de vieux Fluide. J’ai dépensé trente-trois euros, je crois. C’est beaucoup, mais c’est peu pour tout ça.

Il fait une chaleur atroce. Il est même impensable d’ouvrir une fenêtre, cet après-midi.

J’ai eu une crise de rangement. J’ai bazardé des kilos de vieux papiers. Par exemple, des cours de seconde, que je gardais au cas où. J’ai libéré de l’espace. Et puis, j’ai rangé mon bureau autrement, j’ai mis les trucs à de nouvelles places.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no5 (intitulé B*, 8 juin – 1er août 2005), j’ai dix-sept ans.

Samedi 18 juin 2005

J’oubliais : hier, je ne lui ai pas donné la lettre. Ce n’était pas utile. Une lettre, c’est écrit, c’est figé. C’est trop solennel. Cette lettre, en fait, je crois que je l’avais écrite pour moi-même. Pour donner une forme concrète à ma décision.

Cette nuit, je n’ai même pas rêvé de lui. J’ai rêvé que j’avais déjà les résultats du bac. J’avais la mention très bien. J’étais un peu surpris, mais ça m’a fait plaisir.

J’ai aussi fait un rêve un peu pédé. Je discutais avec Nicolas, un mec de ma classe plutôt pas mal. Il a eu des gestes familiers avec moi, il a joué au pédé (il me faisait la bise, il se tenait contre moi) pour rigoler : il ne savait pas que je l’étais. Je l’ai fait parler sur le sujet : il m’a dit qu’il trouvait ça choquant, l’homosexualité.

Continuer la lecture

Vendredi 17 juin 2005

Aujourd’hui a été un grand jour.

Nous n’avons pas déjeuné ensemble, B* et moi. J’étais avec S* et Lisa, qui m’avaient attendu (je suis sorti à 12 h 15) et, lui, il était avec d’autres amis. Quand nous sommes sortis de la cantine, il était là. Il m’attendait. S* nous a laissés, Lisa est partie. B* m’a dit : « Tu n’avais pas quelque chose à me montrer, toi ? » Je lui ai répondu que non, que j’avais plutôt quelque chose à lui dire. Je lui ai dit que je voulais qu’on fasse un tour ensemble, que je lui parlerais en marchant. Et je lui ai dit ce que j’avais à lui dire. Sur le moment, c’était difficile de réaliser la portée de ce que je disais. Je sentais que j’étais en train de faire quelque chose de fou, mais confusément, pas distinctement. Le moment précis où j’ai dit « Je ne sais pas si c’est vraiment ça, être amoureux, mais je crois que oui » m’a bouleversé : lorsque j’ai prononcé le mot « amoureux », j’ai senti un pincement dans ma poitrine, et une sensation fugace dans tout mon corps. Je ne sais pas comment la décrire, c’était très troublant. J’ai réussi à lui parler normalement, en essayant d’être léger. Je l’ai fait sourire. Il a été adorable. J’ai essayé de le faire parler de lui, un petit peu. C’était comme irréel. Nous avons dû discuter dix ou quinze minutes. En fait, il m’a raccompagné jusqu’à la maison. Il a été formidable. On s’est séparés. Je lui ai serré la main (que j’aie droit au moins à ce contact physique !) Je me suis senti plus léger, un peu, mais pas encore vraiment. J’ai mis un peu de temps à réaliser. Puis, ça y est : j’étais sur mon petit nuage.

Continuer la lecture