Vendredi 23 décembre 2005

Oh, mais… est-ce donc possible ? Aujourd’hui, j’ai travaillé.

En fin d’après-midi, j’ai eu une vague « conversation » sur MSN avec B*. C’est terrible : il est si distant… Il répond par monosyllabes. Il faut que je lui pose des questions pour qu’il me parle. N’a-t-il donc rien à me dire ? C’est dommage.

Continuer la lecture

Lundi 19 décembre 2005

J’ai posté ma lettre à B*.

J’ai été à Beaubourg pour voir deux expos. Celle sur William Klein, que je ne connaissais que comme photographe et sur qui j’ai appris plein de choses. Ça m’a plu. Puis, celle sur Christian Bourgois, l’éditeur. J’ai réalisé qu’il avait publié plusieurs de mes écrivains préférés. Chez les Français : Vian et Perec. Chez les Américains (en fait, les seuls Américains que je lis sont publiés chez lui) : Fante, Kerouac, Burroughs, Brautigan. Que du beau monde.

Continuer la lecture

Dimanche 18 décembre 2005

J’ai eu envie de relire Ours du soir, espoir : cet épisode d’Anatole Lebrun que j’avais trouvé si mauvais qu’il n’est jamais sorti de mes cartons. Ce qui m’a amusé, c’est que j’ai eu l’impression de refaire, dans Bienvenue au club, ce que j’avais essayé de faire dans cette BD ratée : à la fin de la soirée, les deux personnages se retrouvent côte à côte sur un canapé, à s’apercevoir de leur homosexualité commune, et parler de cela un verre à la main. Quand j’ai fait Ours du soir, espoir, j’imaginais une situation que j’avais envie de vivre. Dans Bienvenue au club, c’est presque la même situation, mais bien vécue !

Continuer la lecture

Samedi 17 décembre 2005

Je dors comme une masse jusqu’à 11 heures.

L’après-midi, nous allons à Saint-Germain tous les trois pour trouver des cadeaux de Noël. Il m’arrive quelque chose d’extraordinaire en entrant à l’Univers du Livre. Quand je passe la porte du magasin, je jette un coup d’œil aux caisses. Et là, qui vois-je ? Qui est le caissier ? Vincent. Oui, lui-même. Le Vincent du RER. Je ressens un pincement dans la poitrine, immédiat, puis une chaleur douce, et je souris. Je suis heureux, j’ai du mal à détacher mon regard de lui.

Continuer la lecture

Vendredi 16 décembre 2005

Ce matin, dans l’escalier, E* me parle ! Il me dit qu’il a remarqué que j’avais « triché » pour ma BD dans Bazart : le motif sur le carton à dessins du personnage se répète. Il n’est pas dessiné à la main. Je suis très fier de comprendre qu’il a observé mon dessin avec autant d’attention. Je le revois ce midi, pour lui vendre un numéro. Qu’il est beau ! C’est impressionnant.

Je photocopie Bienvenue au club.

Continuer la lecture