On est spectateur (et ça ne me plaît pas)

La première chose que j’ai remarquée : les barrières séparant le trottoir de la chaussée. Le public, d’une part, et les chars, d’autre part. J’ai dit naïvement à J. et J. : « mais comment fait-on pour rejoindre la marche ? ». Je n’avais pas compris qu’ici, ce n’est pas une marche, comme la Marche des fiertés à Paris (une fête et une manifestation à la fois), mais une parade, dont on est spectateur. Ah, bon.

Voilà ce que j’ai vu, alors, depuis ma position de spectateur, à la Pride Parade. J’ai vu à l’œuvre cette remarquable machine à broyer le sens des mots qu’est le capitalisme : ces mots (égalité, amour, fierté), elle les observe d’abord de loin, avec méfiance, puis elle leur fait les yeux doux pour les amadouer. Et là, c’est déjà trop tard : elle les confisque, elle les vide de leur moelle ; et quand ils ne sont plus que d’inoffensives coquilles vides, elle les exhibe comme des bibelots décoratifs, consensuels, voire : folkloriques.

Pour le dire concrètement : chaque char est celui d’une marque, et les employés paradent en compagnie de leur famille ou de leurs amis, affublés de logos. Regardez un peu cet autocollant, sur ma chemise : un gentil garçon me l’a donné depuis l’autre côté de la barrière. Le « S » est le logo de Safeway – un supermarché. N’est-ce pas déprimant ?

Mais là, pourtant, ça va encore : le logo est super discret. Sinon je l’aurais pas pris, vous pensez. Les plus gros chars sont ceux des marques qu’on déteste le plus, évidemment : Amazon, Uber, et diverses banques. Oh, j’ai aussi vu quelques ONG, tout de même, hein, mais franchement pas beaucoup.

L’an passé, à Paris, quels autocollants avais-je choisi d’arborer ? Je ne sais plus. Mais, peut-être que j’avais eu envie de porter l’un des nombreux slogans présents ce jour-là, pour le reprendre à mon compte. Quelque chose qui avait du sens. Être gai, faire la fête, bien sûr ! mais, pour revendiquer une idée, un droit, quelque chose. Sinon, pour quoi descendre dans la rue ? Pour regarder les jolis garçons : oui, évidemment !… mais, quand on sait qu’ils ont quelque chose dans la tête (une énergie, un désir, des idées – pas seulement un logo et des éléments de langage corporate), ils n’en sont que plus sexy. Une jolie petite tête bien faite, quoi.

Mais, ici, à la « parade » de San Francisco, comment font-ils, quand ils voient un beau garçon défiler au côté de son char – je veux dire, pour lui parler ? pour le connaître ? (car, n’est-ce pas de ça qu’il devrait s’agir, avant tout, en un jour pareil : être ensemble ? se rencontrer ? être ouvert à l’autre, le grand Autre ?). Eh bien, ils n’y vont pas. Ils ne vont pas se frotter (se confronter) à cet inconnu. À cause de la barrière. Ils le regardent, de loin, et se consolent avec les goodies logotypés collectés çà et là. Ils les garderont (badges, drapeaux, bidules en plastique) en souvenir d’un beau spectacle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.