Dimanche 22 mai 2005

Hier, on a donc été au mariage. On est arrivés dix minutes en retard à la mairie, mais on a pu y assister en restant debout, derrière la porte ouverte… Puis on a été à l’église : baptême de N*, puis mariage. Ensuite, on a été dans un domaine pour la réception, où on a mangé, etc. Au total, ça fait douze heures.

On a revu des personnes qu’on n’avait pas vues depuis perpète, et d’autres que je n’avais jamais vues. Je suis surtout resté avec G* et C*. G* est un cousin que je n’avais pas vu depuis peut-être dix ans. C* est une cousine (pas germaine, mais cousine quand même) que je ne connaissais pas. Ils ont vingt-trois et vingt-et-un ans. Avec Juline, on était tous les quatre à la même table, avec d’autres jeunes qu’on ne connaissait pas. Mais j’avoue ne pas avoir beaucoup causé. Heureusement, G* est très bavard. Et très beau. J’avoue que j’étais sous le charme.

C’était plutôt sympa. Je ne me suis pas ennuyé. J’ai pu revoir un peu papy, qu’on n’avait pas vu depuis l’été dernier. Et j’aime bien M* et R* (mais comme c’étaient les parents de la mariée, ils n’étaient pas très disponibles). Vers la fin, je commençais tout de même à trouver ça longuet. À partir de 23 heures, minuit, j’avais comme un coup de barre. On est rentrés à la maison vers 3h30.

Je me suis levé vers 11h30. Qu’est-ce que je vais faire de ma journée ? Il faut que je bosse ! Le bac approche !

Je viens de relire Ours du soir, espoir et j’ai été très déçu. Finalement, c’est chiant, il ne se passe rien. Ce n’est pas ce que je voulais faire. J’aurais dû fignoler mon scénario, plutôt que me précipiter. Là, c’est foutu.

J’ai des tas d’idées, mais pas le temps de les réaliser. Il faut que je me bride. J’ai envie d’une histoire loufoque où il se passerait des tas de trucs, sans chercher la vraisemblance. Ça changerait de mes histoires de « discussion sur canapé »…

J’ai toujours des envies d’autobiographie. Par exemple, une BD sur mon année de terminale, un chapitre par personnage marquant : un chapitre B*, un chapitre S*, Florian, Mathieu, Adeline, etc. Je ne retiendrais que les anecdotes marrantes. Je prendrais quelques libertés avec la réalité, pour que ce soit marrant, bien ficelé, intéressant à lire, quoi. Ou bien : je ne retiendrais qu’un aspect de chaque personnage : un chapitre pour chacune de mes sorties de placard… Donc, je commencerais par le chapitre B*, la première fois que je me suis confié. Puis S*, etc. Ça ferait dix chapitres, puisqu’une dizaine de personnes sont au courant…


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no4 (À la découverte de la vie normale, 13 avril – 6 juin 2005), j’ai dix-sept ans.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. L’auteur éclot au fil des pages du carnet… il y a comme une sorte de privilège d’assister à cette naissance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.