Vendredi 22 avril 2005

J’ai déjeuné avec les habituels, plus Florian. Ce type est très sympa et marrant. On a parlé de beaux mecs (d’acteurs) et de belles nanas (des actrices, des chanteuses) et des pubs qu’on voit dans la rue avec des mecs ou des nanas à poil. Vous voyez le genre de discussion. C’était rigolo de voir M* et Florian comparer leurs points de vue. Et Florian demander son avis à B* « en tant qu’hétéro »… J’ai participé. Si ça se trouve, M* et Amandine se sont posé des questions. Mais ça m’étonnerait, car je ne crois pas avoir laissé deviner quoi que ce soit.

Hier, on a eu nos photos de classe. Ça va, je suis pas mal dessus, j’ai une bonne tête. La photo est sympa, rigolote, un peu anarchique, ça fera un bon souvenir. S* m’a prêté la sienne et, cet après-midi, je l’ai scannée pour en garder un exemplaire. Comme ça, j’ai S*, Adeline, Lisa, Amandine. Et puis, j’avoue : j’ai tiré à part la photo de B*, recardée. C’est super, parce qu’il est au premier rang, donc on le voit en entier. Il n’est pas déguisé (le connaissant, ce n’est pas étonnant) et il porte son t-shirt rouge que j’aime bien.

L’après-midi, j’ai dessiné. J’ai crayonné la deuxième planche de Ours du soir, espoir et j’en ai encré la première bande. Le tout en écoutant la radio. Tiens : ils ont annoncé que la loi sur le mariage homosexuel (et même l’adoption ! c’est exceptionnel) avait été votée en Espagne. Ce pays qui était encore un des foyers cathos en Europe est donc devenu la pays le plus progressiste sur cette question. En Belgique, si les homos peuvent se marier, ils ne peuvent pas adopter. En Espagne, si. Vivement la France. Il y a eu un commentaire du député Romero, qui est la preuve vivante qu’on peut être homo et de droite. Bon, il est de droite, mais ça va : il a aussi des combats justes (le pacs, etc.)

Ce soir, je regarde la télé. Il y a les deux seules séries que je suis, parce que maman les regarde aussi. La première, c’est PJ, où l’une des personnages est lesbienne depuis peu (c’est à la mode, alors les scénaristes suivent le mouvement). Dans la deuxième (Avocats et associés), il y a un pédé. Mais lui, on le sait depuis le début. Il est pas mal. Et je ne dis pas ça seulement parce qu’il joue un pédé. Avant de connaître la série, je l’avais vu dans d’autres téléfilms.

Demain matin, bac blanc de maths (on en fait très souvent), puis c’est les vacances.

plus tard

Je repense à un truc. Dans mon rêve de cette nuit, j’ai serré la main de Manu Larcenet. J’étais dans une grande librairie, genre Fnac. Il y avait un stand avec tous ses albums, et lui derrière. Je lui ai fait dédicacer Le combat ordinaire. C’est bête d’avoir choisi cet album, parce que je l’ai déjà. Je ne m’en suis rendu compte qu’après. J’ai donc choisi cet album, je lui ai donné, on a causé un peu. J’étais intimidé. Puis il est parti en emportant l’album, pour le dédicacer à l’intérieur du stand qui était plutôt une pièce fermée. Moi, j’attendais. C’était long. Je ne l’ai pas vu reparaître. Je suis parti.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no4 (À la découverte de la vie normale, 13 avril – 6 juin 2005), j’ai dix-sept ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.