Samedi 14 mai 2005

Enfin eu mon Journal de Fabrice Neaud. L’ai lu immédiatement. M’a tout retourné. C’est magnifique. Les dessins sont superbes. Parfois hyperréalistes ; parfois un jeu impressionniste sur les visages. Toujours très précis et élégant. Et bouleversant. Le texte : pareil. Sobre, court, bourré d’émotion.

Comment fait-on pour passer tant de choses dans quelques mots et quelques dessins ? Comment un livre peut-il nous bouleverser ? C’est fascinant.

La dernière phrase : « J’aimerais / maintenant / que le temps passe vite. » Ça me tue.

Il me faut absolument les trois tomes suivants.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no4 (À la découverte de la vie normale, 13 avril – 6 juin 2005), j’ai dix-sept ans.

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Ah jeune Antonin ! Si tu savais que toi aussi dans quelques années tu réussiras à faire passer tant de choses dans quelques mots…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.