Lundi 19 juin 2006

Bon, ça y est, c’est fait : j’arrête pas de penser à lui. C’est chouette.

J’ai envie de le voir. Je ne veux pas attendre le prochain weekend possible, ce qui nous obligerait à attendre deux semaines ! Il faut qu’on se voie un soir, même si ça ne pourra pas être long. J’ai envie qu’il m’appelle.


J’ai fini mon scénario d’Il n’y a pas d’heure pour les peignes. J’en suis assez content. En tout cas, je me suis bien amusé.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no8 (intitulé Croissance exponentielle, 19 mars – 23 juin 2006), j’ai dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.