Des chemins de traverse

Je venais de recevoir une notification de l’imprimeur, me signalant que le deuxième tirage des « Histoires pédées » était prêt. Parce que nos petits livres se vendent, figurez-vous, et plutôt bien. On ira donc les chercher tout à l’heure, Guillaume et moi. Et puis, soudain, sur Radio Campus Lille, on entend Nikola Delescluse parler de la collection dans son émission Paludes. J’ai déjà eu la chance d’être lu par Nikola et, à chaque fois, les mots qu’il met sur ceux des autres tombent juste. L’émission complète (l’Arrache-Cœur 697) est à réécouter ici. Pour le plaisir de me faire plaisir à moi-même, j’ai transcrit le passage sur La lande d’Airou. C’est de la frime, pardon, mais j’assume.

La lande d’Airou d’Antonin Crenn est l’occasion de découvrir que les voyages en train sont parfois porteurs d’arrêts inattendus, qu’on ne soupçonnerait pas, et où on peut découvrir, pour peu qu’on prenne la peine de descendre du train, de quitter le circuit normal, de sortir des rails habituels de notre vie pour arpenter des domaines plus naturels, des chemins de traverse — Antonin Crenn est un passionné des cartes — et, dans ces chemins de traverse, de découvrir des landes insoupçonnées au nom mystérieux, mais qui résonnent de possibilités érotiques, et d’y être marqué à jamais pour y avoir participé : pour avoir pris la peine de découvrir ce que le désir était susceptible de réveiller en nous… si l’on prenait la peine de changer, tout simplement, de destination.

Les « Histoires pédées » dans Paludes (photo Nikola Delescluse)

Je trouve que ça donne du sens à ce que j’ai écrit, d’entendre Nikola en parler. Mine de rien, il y a quelque chose, dans La lande d’Airou. Merci, Nikola !

Tout à l’heure, quand on ira boire un coup en sortant de chez l’imprimeur, on sera tout contents, Guillaume et moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.