Jeudi 18 mai 2006

Dans mon rêve de cette nuit, je marche dans la rue, le long d’une rangée de voitures. Je regarde par la vitre de l’une d’elles : je vois *** assis sur la banquette arrière, et *** à genoux par terre devant lui, qui lui taille une pipe. Je me dis : « Ah, ben merde, si j’avais su, je n’aurais pas hésité à lui faire des propositions moi aussi. » En fait, il n’était pas explicitement en train de le sucer, c’est-à-dire que je ne voyais pas les détails sexuels — dans mes rêves, jamais rien de sexuel… — mais leurs positions respectives (lui assis, l’autre à genoux) avaient exactement le même sens pour moi que si j’avais réellement vu l’acte.

Aujourd’hui je ne fais pas grand chose, je suis seul à la maison et je réorganise un peu mon dossier pour Estienne, demain.

Un coup de fil de Judicaël ! Une fois de plus, elle veut s’assurer que nous ne lui ferons pas faux bond pour son expo. Elle est très préoccupée, elle ne parle que de ça. Mais bien sûr que nous l’aiderons…

En regardant Envoyé spécial, j’apprends ce fait très étonnant : en Iran où l’homosexualité est punie de mort, il est possible de changer de sexe ! Dans ce reportage, on voyait plusieurs personnes trans, des hommes devenus femmes ou des femmes devenues hommes.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no8 (intitulé Croissance exponentielle, 19 mars – 23 juin 2006), j’ai dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.