Qu’une gare s’appelle ainsi Roma Termini

par Antonin Crenn

François Bon, Dans la ville invisible.