Jeudi 1er décembre 2005

Puisque je commence un nouveau carnet, profitons-en pour mettre fin à cette supercherie : le texte écrit sous la date du 1er décembre n’est pas forcément écrit le 1er décembre même, mais par exemple le lendemain, voire plus tard. Mais je fais comme si. J’écris au présent quand même. C’est plus fluide que d’écrire « Hier j’ai fait ci » ou « Avant-hier j’ai fait ça. »

Jeudi 1er décembre, donc. Le matin, j’écris dans le train, et c’est pourquoi les pages précédentes sont si mal écrites (le train, ça bouge).

En expression plastique avec Mme Marot, j’ai encore beaucoup appris en quatre heures (bien plus, je le crois, qu’en huit heures avec Mme ***, mais peut-être me trompé-je ?). On a eu une nouvelle séance de modèle vivant (nu). La modèle s’appelle Marie-Christine, d’où cette chanson (« Je suis soûl, soûl, soûl, sous ton balcon, Marie-Christine… ») que je suis parvenu à oublier, puis que Camille m’a remise en tête pour le restant de la journée.

Ce soir, dans le train, une lycéenne racontait sa vie sexuelle à un copain. C’était amusant au début, puis franchement pénible au bout d’une demi-heure, entre Auber et Le Vésinet — Le Pecq.

Oh, j’ai encore rêvé d’Efflam. C’est rigolo, ça. J’étais à la cantine, juste devant lui, dans la file où l’on nous sert les plats. Quand arrive notre tour d’être servis, il n’y a plus rien. Nous devons attendre la prochaine fournée. Il me dit, avec enthousiasme : « Toi, tu vas attendre avec moi ! » Décidé à lui tenir compagnie (et ravi qu’il me le propose), je tente d’amorcer une conversation, avec difficulté. Mais j’épuise rapidement mon stock de lieux communs, et je jette l’éponge. Tant pis ! Nous restons silencieux. Je m’en veux, car je dois lui paraître terriblement ennuyeux… et parce que je rate cette occasion d’établir un contact.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no7 (intitulé Vincent, Alexandre, Édouard et les autres, 29 novembre 2005 – 18 mars 2006), j’ai dix-sept et dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.