Mercredi 30 novembre 2005

Le matin, quatre heures de MCR où l’on a bossé sur la rue Montorgueil, et l’après-midi rebelote pendant deux heures. Autant vous dire que je n’ai pas été au top de mon efficacité potentielle… En gros, j’ai rien foutu.

Cet après-midi, j’étais assis à côté de C*. On s’est fait une petite séance de psychanalyse collective : il paraît que c’est la déprime normale de novembre et décembre. Elle, elle aimerait voir plus souvent son copain, qui est toujours en province, à A*. Moi, j’aimerais bien qu’il m’arrive enfin quelque chose sur le plan sentimental. Je lui ai parlé de mon année de terminale, qui avait été loin d’être gaie pour moi, et je lui ai parlé de B*.

Ce matin dans le train, il y avait de nouveau Camille J., mais pas le mystérieux Vincent.

Sur MSN, j’ai discuté avec Benoît du film que j’ai vu hier soir : Philadelphia, un des premiers grands films sur l’homophobie. C’est lui qui a lancé le sujet. Je lui ai dit que j’irais voir Le temps qui reste de François Ozon vendredi prochain. On a parlé de sida. Dommage que les deux sujets soient liés, mais ç’a été l’occasion d’une conversation intéressante sur l’homosexualité. Décidément, ça me tente de plus en plus : la prochaine fois que nous nous verrons, je me lancerai. Je le lui dirai. Mais pas sur MSN : il faut qu’on se voie. Et cette fois, pas de mise en scène compliquée, pas de stratagème à la con. Je lui dirai simplement.

Cette nuit, c’était drôle : j’ai rêvé d’Efflam. Oh oh ? Nous étions un petit groupe d’amis, je ne saurais pas dire avec précision qui était là, mais probablement Camille, peut-être Étienne, S* ? Puis, Efflam s’est joint à nous. J’étais un peu timide au début, et lui aussi, puis le contact s’est fait. Nous sommes devenus bons copains. Ce type me plaît.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no7 (intitulé Vincent, Alexandre, Édouard et les autres, 29 novembre 2005 – 18 mars 2006), j’ai dix-sept et dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.