Leur désinvolture n’est pas très respectueuse

Je suis attendu. C’est un événement que je n’ai pas organisé seul, mais qui repose essentiellement sur ma présence. Une soirée autour de mes livres, sans doute. Autrement dit : ça ne peut pas commencer sans moi. Je me trouve pourtant loin du lieu de la rencontre, car je dois d’abord accueillir François : il vient d’arriver à Paris, alors J.-E. et moi l’accompagnons chez nous pour lui montrer la chambre qu’il occupera. François prend le temps de déballer ses affaires en bavardant joyeusement avec J.-E. : ils parlent, ils parlent. Je suis content de voir qu’ils s’entendent si bien, mais tout de même : ils pourraient abréger ! car je suis attendu… Leur désinvolture n’est pas très respectueuse pour les invités (qui patientent déjà depuis plus d’une heure), ni pour moi (qui ai hâte de commencer cette soirée). Je leur dis : « On est très en retard et, en plus, on a quarante minutes de métro pour aller là-bas » — car cette petite sauterie a lieu à Montparnasse. Enfin, ils sont prêts. À ce moment, l’appartement ressemble à celui de mon enfance. À peine sortis de la résidence, nous tombons sur Juline et S. qui sont venus me chercher, inquiets : « Mais alors ! Qu’est-ce que tu faisais ? Tout le monde t’attend. »

Continuer la lecture