Les amis

par Antonin Crenn

C’était hier soir chez Charybde. Vous aviez dit que vous viendriez m’écouter, me soutenir, et vous êtes venus : merci, les amis. Il y en a même qui n’avaient rien dit, et qui sont venus par surprise. Vous étiez nombreux et j’étais ému et vous voir tous. Allez, on peut le dire : il y avait foule chez Charybde.

C’est pourquoi je suis heureux, là, sur la photo : parce que j’étais entouré, et fier d’être entouré.

(Laurent est un peu le photographe officiel : je me trouve toujours bien sur les photos qu’il prend de moi).

Hugues, qu’on ne présente plus, m’a fait causer un peu du Héros et les autres. Vous m’avez écouté sagement. Merci, Hugues, pour ton accueil ! La librairie Charybde, ce n’est pas rien, tout de même (ça, je l’ai déjà dit) : sans une librairie comme celle-ci — et sans amis comme vous — je ne suis pas grand chose, avec mes petits bouquins.

Je suis excité et ému et content comme tout, grâce à vous.