Vendredi 10 février 2006

Ce soir : micro-événement. Je cause pour la première fois à un type sur Rezo-G. Il me demande : « Tu cherches quoi sur ce site de merde ? » et me fait un constat désabusé des rencontres sur Internet. Très vite, il me propose de causer sur MSN. Nous causons un peu. Mais j’avoue que je ne sais pas trop quoi dire à un inconnu ! (C’est pour ça que, sur ce chat, j’ai attendu qu’on m’aborde, plutôt que d’entamer moi-même une conversation).

Pendant que je causais à ce type, une autre fenêtre s’ouvre : « Salut ! » C’est Nicolas. Vous savez, ce mec du forum (« Je suis dans la même situation que toi. On peut en parler sur MSN si tu veux »). Il était dans mes contacts depuis un mois et demi, mais c’est la première fois qu’on se croise. On fait donc les présentations. Il habite dans un bled de cent cinquante habitants au fin fond du Pas-de-Calais et il étudie à Lens (fac de sciences). Quand je commence à entrer dans le vif du sujet, il change d’attitude : il ne me répond plus que par monosyllabes. Ça me déconcerte beaucoup. Je le lui fais remarquer ; et il m’explique qu’il y a du monde autour de lui, car son écran est à la vue de tous, dans la salle à manger… Alors on re-papote de choses plus générales. Ce type m’a l’air cool. Je le quitte pour aller dîner ; une heure après, il n’est plus là.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no7 (intitulé Vincent, Alexandre, Édouard et les autres, 29 novembre 2005 – 18 mars 2006), j’ai dix-sept et dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.