Samedi 31 décembre 2005

Les copines de la classe me proposent de passer la soirée dans des bars, puis d’aller sur les Champs-Élysées à minuit… Je préfère ne pas. Je resterai seul, et ce sera très bien !

En attendant, ce que je fais de ma journée : je bosse vaguement, je bouquine, je traîne. Juline part vers 15 heures, maman vers 18 heures.

Je me branche sur Internet pour voir, mais bien sûr, personne n’est en ligne sur MSN ! et « Nicolas » non plus. Je traînasse un peu sur le forum et j’y laisse même quelques posts…

Je reçois par mail des textes de Camille pour Bazart et je suis de nouveau bluffé par son écriture.

Dans le frigo, maman m’a laissé des bonnes choses à manger, avec des post-it : « entrée », « dessert », « à chauffer au four ». Je prépare tout ça sur un plateau et je m’installe devant la télé, décidé à regarder ce film : De soie et de cendre. C’est avec Bruno Todeschini, qui joue le rôle d’un homosexuel… Encore ? Il joue souvent des homos, non ? Je me souviens d’Un amour à taire.

Je me suis couché vers 1 heure. Nous étions donc en 2006.

Comme je l’ai écrit sur ce putain de forum : 2005 a été l’une des années les plus riches de ma vie (sinon la plus riche). J’espère donc que l’année 2006 sera à la hauteur de sa prédécesseuse (et tant pis si ce mot n’existe pas).


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no7 (intitulé Vincent, Alexandre, Édouard et les autres, 29 novembre 2005 – 18 mars 2006), j’ai dix-sept et dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.