Mercredi 26 avril 2006

8h30. J’ai cours à l’annexe, mais je passe à Duperré quand même, soi-disant pour prendre des trucs dans mon casier — en fait, pour tenter de voir É*. Après vingt minutes à poireauter, je renonce. Ce petit jeu est dévastateur pour mon équilibre mental.

Je ne fais pas grand chose de la journée.

En français, nous voyons Art ! de Yasmina Reza avec Lucchini. Quand je rentre à la maison, je regarde Knock avec le même Lucchini. Pour ne pas penser à ce que vous savez.

Heureusement que Camille est là. J’aime vraiment Camille.


Donc, maman est opérée aujourd’hui. Elle rentrera demain.


Pour la première fois, je suis victime d’homophobie. C’était dans mon rêve de cette nuit, où je devais subir les insultes et menaces de N* — souvenez-vous, c’était ce type de ma classe, en seconde.


Ce soir, dans mon lit, vingt minutes de pur bonheur. Je ne pensais même pas qu’il était possible d’avoir un orgasme aussi long et aussi intense. Si le sexe seul donne déjà tant de plaisir, qu’est-ce que ce sera à deux… !


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no8 (intitulé Croissance exponentielle, 19 mars – 23 juin 2006), j’ai dix-huit ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.