Lundi 28 juin 2004

Presque juillet. Finalement, le mois de juin n’était pas si long.

Aujourd’hui, j’ai appelé Benoît. Ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas vus et je savais qu’il partait bientôt en vacances, j’aurais bien aimé qu’on se voit avant. Zut ! Quand je l’ai appelé, il allait sortir de chez lui pour passer son oral de français. C’est vrai qu’il est en S, lui… Moi, ça fait longtemps que j’ai passé mon oral. Enfin, bref, on a causé dix minutes. Il m’a dit que ce serait difficile qu’on se voit avant son départ, vendredi… Tant pis.

B*, lui, c’est pareil : il ne va pas tarder à partir. Mais, de toute façon, on ne s’est jamais vus pendant les vacances. En fait, on s’est juste causés de temps en temps sur Internet. D’ailleurs, je lui ai demandé qu’il m’écrive une carte postale… Il m’a répondu : « Ouh là là, surtout pas ! Si tu es un ami, ne me demande pas une chose pareille ! » Il a horreur d’écrire. C’est pas étonnant. Déjà qu’il n’est pas très causant… Par contre, j’ai bien apprécié le mot « ami » dans sa phrase. C’est tout à fait anodin, ça n’a l’air de rien, mais ça veut bien dire quelque chose…

S* part vers le 14 juillet. Alors, d’ici là, j’imagine qu’on va se voir. On fait souvent des choses ensemble, c’est bien. Hier, on s’est fait un cinoche : Le rôle de sa vie. J’avais envie de le voir, et c’est elle qui me l’a proposé : nos goûts se rejoignent. J’ai bien aimé. Ce weekend, S* va à un mariage dans sa famille. C’est un mariage, genre, tous les mecs en pingouins, et chapeau obligatoire pour les dames ! Plein d’invités et pas n’importe qui : énarques, généraux et duchesses. Le dernier endroit où j’aurais envie de mettre les pieds. Même elle, elle n’en a pas envie plus que ça.

Je m’aperçois que je suis en train de faire une revue de mes amis ou copains. Ce n’était pas voulu, mais on peut continuer, pourquoi pas. W* part aussi, dès cette semaine. Il faut que je demande son adresse à S*, je lui écrirai quand je serai parti. M* : tiens, à elle aussi, je pense que j’écrirai. J’ai déjà son adresse. J’ai croisé M* à la Défense vendredi dernier. Si ça se trouve, je l’ai déjà dit, alors vous allez penser que c’est super important, mais non, pourtant. Si j’écris autant de détails peu importants (j’allais dire « insignifiants », mais ça n’est pas sympa), c’est parce que ça m’occupe. Je l’ai croisée, elle était avec son copain. Elle dit : son « mec ». Je n’aime pas trop cette expression, mais elle a l’avantage d’être moins ambiguë que « copain ».

J’aime bien écrire aux copains pendant les vacances. Ça a plein d’avantages. Un : ça occupe. Deux : ça fait plaisir à ceux qui reçoivent le courrier. Trois : ça me fait plaisir à moi qui aime écrire et dessiner. Quatre : je recevrai sûrement une carte en retour. Par contre, je préfère souvent écrire une lettre qu’une carte postale. Sur une carte, il n’y a pas assez de place, alors j’écris des conneries du genre : « Il fait beau, je m’éclate, à bientôt. » En revanche, sur une feuille de papier blanc, j’ai toute la place que je veux, j’écris ce que je veux.

Hier, j’ai fini L’herbe rouge de Boris Vian, et les trois nouvelles qui suivent. C’est… comment dire ? J’aurais voulu trouver un mot pour dire ce que je pense des bouquins de Boris Vian (j’ai déjà lu L’écume des jours et L’arrache-cœur ; et un Vernon Sullivan, J’irai cracher sur vos tombes, mais c’est très différent). Je préfère ne rien dire, plutôt qu’une banalité, genre « génial » ou « formidable ».

Aujourd’hui, j’ai lu Marius d’une traite, et commencé Fanny. Pagnol. C’est toujours aussi… (je ne dis rien, encore une fois). Rien que pour l’ambiance, j’adore. Je le lis dans ma tête, avec l’accent. J’ai vu qu’ils repassaient Marius, Fanny et César à la télé la semaine prochaine. J’ai déjà vu La fille du puisatier.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no1 (« Journal, 14 août 2003 – 15 juillet 2004 »), j’ai quinze et seize ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.