Mercredi 16 novembre 2005

Quelque chose me tracasse. Pour déconner, j’ai lu mon horoscope dans un magazine et celui-ci disait : « Sex with an ex is not an advisory for your case », Morgane a rebondi en faisant allusion à mes « ex-copines ». Pourquoi ? À la cantine, j’ai parlé de beaux serveurs et de beaux stewards, elle a répondu en parlant de serveuses en jupe. Pourquoi ? J’ai persévéré en essayant de lui parler de tel ou tel acteur, que je pouvais trouver beau : elle a pris un air surpris, affecté. Pourquoi ? Je ne comprends pas son attitude. Je lui ai dit que j’étais homo, merde ! À quoi ça sert de faire son coming out si on est encore obligé, après, de supporter cette pression hétérocentriste ? Si elle ne veut pas que je sois trop expansif sur ce sujet devant elle, soit : je suis plutôt discret, je n’emmerde personne. Mais je refuse qu’elle me fasse passer pour un hétéro ! Elle nie mon coming out. Elle nie ma différence. C’est purement gratuit. Il faut que je fasse quelque chose pour changer ça.

Pourtant… elle n’a pas pu croire que je plaisantais, quand je leur ai dit, l’autre jour, à table… J’ai parlé sur un ton vraiment sérieux. Et l’on ne plaisante pas avec ça. Ou alors, pas de cette manière. Vraiment, je ne comprends pas… Peut-être croit-elle bien faire ? Peut-être imagine-t-elle qu’il faut agir ainsi, pour ne pas me stigmatiser, pour faire comme si de rien n’était ? Mais non, merde ! Il faut faire tout le contraire. Elle me renvoie de moi-même une image dans laquelle je ne me reconnais pas. C’est terrible comme sensation. Elle ne se rend pas compte : elle nie ma différence ; elle nie ma volonté de leur faire connaître cette différence. Il faut faire quelque chose.


Cette rubrique « Carnets » reprend le journal que j’ai commencé à tenir en 2003. Dans ce carnet no6 (intitulé Mieux dans mes baskets, mieux dans ma vie, 3 août – 25 novembre 2005), j’ai dix-sept ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.