Peut-être qu’on est mort, ou qu’on rêve

par Antonin Crenn


Je suis heureux de connaître Raymond Penblanc, pour recevoir un message tel que celui-ci : un bel auspice pour mon Héros et les autres, qui paraît demain.