Antonin Crenn

Tag: Presse

« Surprenant de maturité pour certains, surprenant d’inventivité pour d’autres »

Les « écrivains en herbe » de l’Île-d’Elle sont dans la Gazette marandaise de juin – et, du même coup, j’y suis moi aussi, qui dépasse derrière eux sur la photo (parce qu’on met toujours les grands derrière, sur les photos de classe). On voit aussi Grégory, l’instituteur, et Élodie et Stéphanie, les profs du collège.

Sages comme des images dans le journal

Là, le but du jeu était : « faire semblant d’être des enfants sages pendant que le photographe de Ouest France est dans la classe ». Ils sont très forts en mime, les gosses de Saint-Martin-Lars !

Voilà, grâce au journal, vous connaissez maintenant les bonnes bouilles des élèves dont je parle sur ce blog, ici et . Vous pourrez les rencontrer en vrai, vous aussi, à Saint-Juire, mardi prochain à 18h30.

Écrire en noir et blanc et en couleurs

En vrai, je suis en couleurs (vous pourrez le vérifier si vous venez vendredi soir à Saint-Michel-en-l’Herm, comme l’article vous y invite). Et en vrai, il arrive que je sois aussi froissé que sur ce journal (parce que je ne repasse jamais mes chemises).

(Ouest France, 14 mai 2019)

Un récit « silencieux », sur le fil

Après L’épaisseur du trait, on retrouve Le héros et les autres dans L’hebdo des notes bibliographiques, la revue de l’Union nationale Culture et Bibliothèques pour tous.

Je partage ici cette belle recension :

Martin, lycéen, vit dans une petite ville de province, à rebours des autres, principalement ceux de sa classe, excepté Félix. Seul, il arpente la ville et « ses géographies » inlassablement : le cours de la rivière, les ruines du château, le square avec son monument aux morts et son jeune héros de bronze. Parfois, après le lycée, il arrive à entraîner Félix dans de longues promenades, lui fait partager ses lieux, le retrouve au petit pont. Ils échangent peu malgré une relation complice. Puis un jour, Félix n’arrive pas…

Livre de passage dans lequel Martin se confronte au monde, se cherche, s’interroge dans son rapport aux autres. Qui suis-je ? Qui sont-ils ? Qu’est-ce qu’un héros et qui peut prétendre l’être ? Le héros et les autres est un récit « silencieux », sur le fil, dans lequel Antonin Crenn est au plus près de la fragilité de l’adolescence, cette période dans laquelle tout peut basculer. On sait peu de choses de Martin, rien de concret sur son quotidien, sa famille, et la temporalité même… Le lecteur le suit juste dans un court laps de temps qui préfigure celui de la construction de soi. Un beau récit, sobre et épuré, à contretemps des modes. Un écrivain en devenir.

(M.-T.D. et A.-M.R.)

La carte, le territoire et moi

On croirait que je présente la météo, sur cette photo : en réalité, je pose devant la carte participative affichée à la médiathèque. Et la photo, c’est dans le Ouest France d’aujourd’hui.

À la médiathèque, une carte remplie d’histoires
Auteur en résidence en Sud Vendée littoral, Antonin Crenn anime des ateliers d’écriture ouverts à tous, dans le but de créer une carte sensible du territoire.

« Les ateliers d’écriture s’inscrivent dans le cadre de mon projet d’une carte du territoire, inventée par les habitants », explique Antonin Crenn. Cette carte est visible à la médiathèque Pierre-Menanteau, à Luçon, et s’est déjà enrichie de différentes photographies. « Le principe des ateliers est que chacun choisisse un lieu du territoire qui lui tient à cœur et de raconter une histoire ».

Un atelier ouvert à tous
Pendant une heure environ, les participants partent de la réalité objective d’un lieu « description, moments liés à ce lieu, sensations… On obtient plein de mots dans tous les sens, une boîte à outils, une boîte de briques, dans laquelle, dans un deuxième temps on va piocher pour créer une histoire ». Les ateliers d’écriture pour les adultes se déroulent dans des lieux qui peuvent être aussi source d’inspiration, ainsi le premier atelier à Luçon s’est déroulé à l’évêché, le deuxième à Thiré pendant le festival de printemps.

« L’impression ressentie, en quelques minutes, en entrant dans le lieu, peut suffire à créer une histoire. Sur le premier atelier, certains ont écrit sur des lieux attendus comme le jardin Dumaine, mais aussi sur des endroits méconnus un chemin, un puits à l’angle de deux rues, détaille l’auteur. Au final on a des histoires qui vont de l’imaginaire au très réaliste. Beaucoup d’histoires sur un temps long, de souvenirs. »

Il n’y a aucun prérequis pour participer aux ateliers « l’important c’est l’envie d’écrire, ne pas partir avec une idée préconçue. Des parents ont promis de venir avec leurs adolescents, j’aime cette idée de mélange de générations. ». Après l’atelier, les participants sont invités à envoyer à Antonin Crenn leurs textes « je voudrais les allier à des photos de la carte sensible du territoire ».

Le Héros des boîtes aux lettres

Soudain, dans tous les foyers lotois, Le héros et les autres fait son apparition : il s’est faufilé dans les boîtes aux lettres, caché entre les pages de Contact lotois, le magazine du Conseil départemental.

Merci à la librairie Parenthèse à Saint-Céré pour la photo !

Je me souviens (sans nostalgie)

Je suis heureux d’avoir été sollicité par Velimir Mladenović pour cet entretien dans Quinzaines — anciennement La Nouvelle Quinzaine littéraire —, parce que j’ai pu dire des choses qui me tenaient à cœur.

On ne trouve pas Quinzaines à Luçon, je l’ai donc acheté à Paris, à la maison de la presse de la rue Jacques-Hillairet. Je me souviens de cette maison de la presse pour l’avoir fréquentée il y a plus de vingt ans : je ne crois pas y être entré à nouveau, depuis. Une fois (j’avais huit ans environ), mon père m’a acheté, ici précisément, un album de BD : si je me rappelle bien (et je me rappelle très bien ce genre de trucs), il s’agissait du Cosmoschtroumpf. J’y ai repensé tout à l’heure, forcément.

Oups ! il paraît que j’ai dit, dans l’entretien : « Je n’ai aucune nostalgie de l’adolescence » : c’est même le titre de la page. Bon. Je ne me dédis pas. D’abord, j’avais huit ans dans ce souvenir : je n’étais donc pas encore adolescent. Ensuite, je me suis souvenu du Cosmoschtroumpf sans regret ni tristesse — sans nostalgie, je l’assure. C’est seulement une madeleine, une innocente madeleine. Une madeleine de Schtroumpf.

Il est fin, ce roman, discret et à la fois porteur d’un univers personnel en pleine expansion

Sur l’Instagram de Bookalicious, oh, cette photo. Et je lis ceci : « Il est fin, ce roman, discret et à la fois porteur d’un univers personnel en pleine expansion. Antonin Crenn raconte l’évolution d’Alexandre, qui se retrouve à vivre seul dans un petit espace qu’il doit réorganiser alors que des pliures traversent l’appartement d’un ami, et que l’impasse où habite un autre disparaît parfois. Au fil d’une écriture poétique et minutieuse, tendre et précise, c’est un véritable jeu de miroirs qui se met en place, reflétant une connaissance pointue de Paris, un goût certain pour l’architecture et un joli rapport au passage à l’âge adulte. À la fois roman d’apprentissage et roman urbain, l’Épaisseur du trait dessine un espace à géométrie variable, mais toujours positive. »

Deux minutes vingt-huit

On regarde cette vidéo et, comme par magie, on comprend d’un coup ce que je suis venu faire en Vendée.

Ma bobine

Un déluge de grêle : ça pour une giboulée, c’est une giboulée. Puis, grand soleil. Je sors, j’achète Ouest France parce que je sais que ma bobine est dedans, dans les pages magazine du dimanche — je l’ai vu sur le web avant de sortir. Jeudi soir, au lancement de ma résidence, la journaliste et moi n’avons échangé que trois minutes : je trouve que ce qu’elle a écrit est drôlement juste, pour si peu de temps passé ensemble (c’est un métier, évidemment). Je suis content. La phrase qu’elle a mise en exergue est chouette : c’est une bonne idée de mettre en avant l’émotion, le sentiment. C’est dans cela que j’ai le plus envie de me reconnaître en ce moment. Je lis le journal à la terrasse du café du Commerce au moment où ça carillonne follement dans le clocher de la cathédrale, en face, sous un soleil éclatant. Et puis revoilà la pluie.

Une nouvelle résidence d’auteur commence dans le Sud-Vendée littoral. L’auteur Antonin Crenn propose de bâtir une « carte sensible », pour réaliser une mosaïque du territoire. L’idée Auteur de romans mais aussi d’un album jeunesse, Antonin Crenn « a toujours été dans l’écriture ». Devenir auteur c’est « le plaisir d’être lu, l’envie de partager des émotions », d’où la réponse à l’appel à projets lancé par la communauté de communes.

Réfugié à l’intérieur du café, je lis les autres pages : je tourne rapidement celle où l’on me voit, parce que c’est un peu bizarre de se regarder soi-même, devant tout le monde, non ? (il y a pas mal de gens à l’intérieur, tandis que j’étais seul en terrasse). Ma lecture finie, pour me donner une contenance, je sors mon cahier. Histoire d’avoir l’air de faire quelque chose. Ce que je note : des bouts de trucs que j’avais déjà mis de côté il y a quelques semaines et qui, placés dans un nouvel ordre, peuvent devenir le prochain chapitre des Présents. Je croyais être bloqué, je ne le suis plus. Ce prochain chapitre est important, j’allais dire : mais en fait, ils le sont tous.

(Je mets ici l’article en entier.)

Une nouvelle résidence d’auteur commence dans le Sud-Vendée littoral. L’auteur Antonin Crenn propose de bâtir une « carte sensible », pour réaliser une mosaïque du territoire. L’idée Auteur de romans mais aussi d’un album jeunesse, Antonin Crenn « a toujours été dans l’écriture ». Devenir auteur c’est « le plaisir d’être lu, l’envie de partager des émotions », d’où la réponse à l’appel à projets lancé par la communauté de communes.