C’est un film pour les enfants

« Ce panorama est pour toi », me dit J.-E. sur le boulevard des Batignolles, quand nous passons au-dessus des voies de chemin de fer de la gare Saint-Lazare : les trains, j’aime ça. C’est une des raisons pour lesquelles nous allons dans le 17e arrondissement, voir Bébert et l’omnibus au Mac-Mahon. Les autres raisons, c’est que le film a l’air rigolo, qu’on aime bien voir de vieux films, et qu’on n’a jamais été au Mac-Mahon.

C’est un film pour les enfants. Dans la salle, la plupart des gens ont le double de mon âge, voire : le double de l’âge de J.-E. : disons, pour simplifier, mon âge plus le sien. Alors, les enfants, ce seraient nous ? Non : les enfants, ce sont eux, qui avaient dix ans quand Bébert et l’omnibus est sorti au Mac-Mahon pour la première fois. Ils sont venus par nostalgie. Ou alors : ils viennent tous les jours à toutes les séances, car ils sont de cette sorte de cinéphiles qui hantent également les salles du Quartier latin que nous fréquentons parfois.

« Là, regarde ! Un cinéphile ! »

Un homme vient d’entrer. Il marche voûté, son manteau semble très lourd. Il porte un grand sac plastique empli de documents mystérieux. Il s’assoit au deuxième rang, au bord de l’allée. Pas de doute, c’en est un.

Puis, juste avant que les lumières s’éteignent, entrent des enfants d’aujourd’hui, accompagnés de parents.

Le film est marrant. On voit la Samaritaine, qui n’est pas un magasin de luxe. On voit des enfants turbulents, un ado à lunettes qui lit Tintin, un jeune homme qui conte fleurette aux vendeuses et aux serveuses. Une insouciance, quoi. Bébert est un môme insupportable et attachant, c’est décrété dès les premières images. Il doit rentrer chez lui avec son grand-frère à Tournan, mais ils se font avoir par un embranchement à la gare de Gretz-Armainvilliers : l’aîné abandonne Bébert dans un wagon qui aboutit à Verneuil-l’Étang. Le petit passe donc la nuit dans cette gare, semant le bazar, pendant que sa famille tente de le retrouver.

On ne pourrait plus faire le même film aujourd’hui, c’est entendu. Parce que les trains de Seine-et-Marne ne dégagent plus ces panaches de vapeur, et qu’on les appelle « RER E » ou « ligne P du Transilien ». Et parce qu’on ne poursuit plus les trains en vélo pour demander au chef de gare de téléphoner : on sort son portable de sa poche.

Mais aussi (surtout), parce que l’inquiétude des parents de Bébert ne serait plus du tout la même dans un film d’aujourd’hui. Un père qui craint que son petit, laissé seul, « fasse des bêtises » là où il passe, mais qui ne craint pas pour sa sécurité : ce père n’emporterait pas la sympathie du public. Il serait un mauvais père. Quand il découvre que son fils passe la nuit à la gare, au milieu de cheminots (c’est-à-dire : seul avec des hommes), et que l’un de ces hommes l’a emmené coucher chez lui, eh bien, ce père est rassuré de savoir son fils à l’abri. Dans un film d’aujourd’hui, il serait horrifié. Il aurait peut-être raison de l’être. Le serais-je, à sa place ? Et le public, comme le père, serait suspendu à cette inquiétude latente, alors que le film se veut une comédie innocente. L’atmosphère du récit serait modifiée, qu’on le veuille ou non. Il serait impossible aujourd’hui de faire abstraction de la menace qui pèse sur l’enfant : un film qui ne prendrait pas en compte cette question serait incompréhensible, inaudible. Une comédie aussi insouciante que celle-ci serait, au mieux, « naïve ». Au pire, irresponsable.

Est-ce que je le déplore ? (Ceci n’est pas une question rhétorique : je m’interroge vraiment). Je le constate, c’est tout.

Mais nous, on a trouvé ça très rigolo, Bébert et l’omnibus. Les deux mômes, devant nous, aussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.